APPELEZ-NOUS 0262 45 43 45
Plan de la ville

Restauration scolaire et nutrition

Restauration scolaire et nutrition

Menu Scolaire

Les Mascottes prévention santé s'invitent dans les écoles

 
Depuis 2014, Saint-Paul, s’associant avec des professionnels de santé, propose des actions de prévention au sein des écoles saint-pauloises afin d’impliquer davantage les élèves. 

Désireuse de sensibiliser nos enfants dès le plus jeune âge à la notion de la santé, la ville de Saint-Paul a souhaité mettre en œuvre plusieurs outils pédagogiques et ludiques permettant de conscientiser les enfants aux meilleurs comportements de nutrition à adopter. « Ce projet, porté par la politique de la ville, et l’une de nos priorités » souligne Nadine Sévétian, élue déléguée à la politique de la ville. 
Cette volonté de la ville de sensibiliser les plus jeunes de manière ludique a donné naissance aux mascottes fruits locales : « Carambole », « Grenadine « , « Tonton Mangouste », « Pita » ou encore « Manguy », porteuses d’un message  anté, sont des personnages amusants qui seront présents au sein des écoles, et intégreront le quotidien des enfants. Le message est adapté aux plus jeunes, et sous plusieurs formes : 5 400 étiquettes autocollantes distribuées aux élèves de maternelle, règles lenticulaires, cahiers de texte ou encore bandes dessinées. Deux pièces de théâtre, ont été réalisées par les élèves de l’école des Palmistes et de l’école des Combavas, et seront jouées pour les plus petits. Toutes ces actions visent à sensibiliser les élèves tout en leur permettant d’en être également les acteurs.
A l’origine, l’histoire des mascottes a été créée par les élèves de l’école Blanche Pierson, et supervisée par Laurent Maillot, professeur à l’école des beaux-arts et illustrateur de tous les mangas. Les anciens élèves de CM2 de Mme Rivat de l’année 2016-2017 ont pu faire partie intégrante du projet. Ils ont mis la main à la pâte avec la création de la BD, « Les Gardiens de la Bonne Alimentation », à l’occasion du concours BD auquel ils ont remporté le premier prix.

Saint-Paul s’engage pour la sécurité alimentaire des écoliers

 
Certains aliments contiennent des allergènes. La Ville de Saint-Paul s’engage donc pour la sécurité des enfants, dans le cadre de la prise en charge des allergies alimentaires. Panier-repas, organisation, tarifs… Voici un guide où retrouver toutes les informations à connaître pour bien commencer sa rentrée.

La liste des allergènes

14 allergènes seront désormais indiqués sur les menus (poissons, crustacés, mollusques, œufs, lait, gluten, fruits à coque, arachide, sésame, moutarde, céleri, soja, lupin et sulfite). 

400 enfants présentent une allergie alimentaire

La Direction de la Restauration scolaire et nutrition de Saint-Paul prend en compte environ 400 enfants présentant des allergies alimentaires, en leur proposant un menu de substitution et l’éviction de l’allergène.

L’ALLERGIE DOIT ETRE SIGNALÉE CHAQUE ANNÉE DANS LE DOSSIER D’INSCRIPTION À LA RESTAURATION SCOLAIRE

Pour la prise en compte de l’allergie par la Direction de la Restauration scolaire et nutrition, l’enfant doit impérativement être inscrit à la restauration scolaire : pour une allergie simple, il sera demandé un certificat médical de l’allergologue ou du médecin traitant. Dans le cas du Projet d’accueil individualisé (PAI), il sera nécessaire d’actualiser le document à chaque rentrée.

Le projet d’accueil individualisé (PAI)

Le PAI permet d’accueillir les enfants porteurs de maladies chroniques. Objectif : leur assurer une scolarité normale et une continuité des soins et des soins de première urgence. L’établissement d’un PAI, encadré par une circulaire interministérielle de septembre 2003, réunit les acteurs concernés par l’accueil et l’encadrement de l’enfant (personnel de l’Éducation nationale, commune, médecin scolaire, famille), afin de prévoir tous les moyens possibles pour l’encadrement de l’enfant. 

Les risques d’anaphylaxie

Il s’agit d’une manifestation mortelle à l’allergie. 10% des cas se déclenchent en milieu scolaire. À Saint-Paul, une trentaine d’enfants doit prendre un traitement d’urgence avec auto-injection d’adrénaline en cas de contact avec l’allergène, prévu dans le cadre du projet d’accueil individualisé (PAI).

Le panier-repas pour veiller à la sécurité alimentaire

Ce dispositif mis en œuvre par la Mairie de Saint-Paul se décline en plusieurs volets et vise de multiples objectifs pour garantir la sécurité des petits Saint-Paulois :

Le panier repas s’inscrit dans une démarche de prévention des risques pour éviter le contact avec l’allergène et pour assurer la sécurité alimentaire de l’enfant ;
Le panier-repas permet de favoriser l’accueil de l’enfant en milieu collectif et favoriser son épanouissement ;
La famille apporte le panier-repas le matin et l’enfant est accueilli dans le réfectoire avec les autres enfants, sous la surveillance du personnel communal ;
Le panier repas est stocké, réfrigéré et servi par le personnel.

Nouvelle tarification du panier-repas, dans le cadre du PAI

Le Conseil municipal du 7 juin 2018 a approuvé la modification du règlement intérieur et de la tarification de la restauration scolaire. Il s’agit d’un tarif spécifique pour les paniers repas dans le cadre d’un PAI, réduit de 50% sur chaque tranche qui est appliqué aux familles. La tarification se décompose en 8 tranches : par exemple, pour la tranche 1, un parent qui payait 40 centimes d’euros le repas dépensera uniquement 20 cts si la famille apporte le panier-repas. Sur la tranche 7, le parent qui payait 2,37 euros s’acquittera de 1,19 € s’il apporte le panier-repas.

Un contact pour toutes vos questions :
–> Si vous souhaitez obtenir plus d’informations, merci de contacter le 02 62 70 28 48.
Il vous faudra alors demander Madame Sandrine Fontaine ou Madame Cathy Lenclume.

Médicaments : le personnel sensibilisé aux bons gestes

 

Dans le cadre de plusieurs actions de sensibilisation, le personnel de la restauration scolaire et du service éducation de la ville a été initié à l’encadrement des différentes affections et aux gestes d’administration des médicaments.
Animées par le médecin scolaire du rectorat, ces séances de sensibilisation ont permis de passer en revue les pathologies les plus fréquentes ainsi que les protocoles d’urgence à appliquer en cas d’allergies alimentaires. La problématique de la crise d’asthme, d’épilepsie ou de diabète a aussi été abordée.

« Les allergies sont en constante augmentation, en face des mesures simples sont à adopter », lance d’emblée le médecin de l’Education nationale. Face à lui, un public composé de responsables de sites, du personnel de l’éducation et de la restauration scolaire. Le but de ces séances de sensibilisation – qui se fondent dans un module de trois rencontres avec les trois médecins scolaires qui interviennent sur la commune de Saint-Paul – est d’informer le personnel en contact avec les enfants porteurs d’une pathologie qui nécessite l’administration de médicament(s) en urgence.
Ces actions relèvent d’un partenariat entre les services de santé scolaire du Rectorat et la commune de Saint-Paul. Elles traduisent la volonté de renforcer l’encadrement des élèves qui présentent une allergie alimentaire ou une pathologie : toutes les mesures réglementaires sont prises, et les dispositions qui sont mises en place vont dans le sens de l’inclusion scolaire. C’est l’esprit de la circulaire de 2003 qui encadre le Projet d’Accueil Individualisé, dit PAI. L’établissement d’un PAI est encadré par la Circulaire interministérielle 2003-135 du 8 septembre 2003.
La direction de la restauration et nutrition a rappelé le cadre réglementaire en préambule, ainsi que les clauses du règlement intérieur de la restauration qui régissent le traitement des allergies alimentaires.

Le point sur les différents protocoles d’urgence

Ce mercredi 19 septembre, l’assemblée, attentive, a assisté lors d’une séance de sensibilisation à la présentation des différents protocoles d’urgence pour des affections fréquentes telles que l’asthme, les allergies alimentaires, les crises d’épilepsie ou encore le diabète. En manipulant des médicaments à délivrer en cas d’urgence (des médicaments de démonstration), le personnel a découvert, par exemple, comment administrer certaines molécules comme le salbutamol (pour les crises d’asthme) ou encore l’épinéphrine dans le cas de réactions allergiques aiguës pour éviter un choc anaphylactique.
En effet, le PAI encadre 3 types d’administration du médicament possible par le personnel communal ou enseignant, à savoir l’inhalation, la voie-orale et l’auto-injection. « Si on en arrive à l’Anapen ® (adrénaline) ou à l’administration d’un médicament par voie injectable, je vous conseille d’appeler le 15 pour un accompagnement », suggère le médecin de l’Académie.
Les allergies alimentaires touchent près de 400 enfants à Saint-Paul. Pour éviter les accidents, du côté de la restauration scolaire on procède à l’éviction de l’aliment allergène.
Par ailleurs, l’épilepsie concerne aussi quelques enfants dans la commune. « Des PAI, il en existe plusieurs formes allant de la simple conduite à tenir (repos, isolement) à l’administration de médicament(s) dans les cas les plus sévères : tout cela va dépendre de la forme de l’épilepsie », explique le professionnel de santé qui détaille, pour chaque forme que peut prendre l’épilepsie, le médicament adéquat.
Enfin, il est à noter que « le PAI est toujours demandé par les parents de l’élève et est à renouveler tous les ans. Soumis au secret médical, la famille autorise ainsi par la suite le médecin de l’Education national à partager ce secret médical en secret professionnel », termine le spécialiste de la santé.

Intégrer ces gestes de secours spécifiques dans le cadre du plan de formation Secouriste Sauveteur au Travail (SST)

La séance de sensibilisation s’est achevée sur des interrogations quant à l’administration des médicaments injectables, la gestion de la crise (allergie, asthme, épilepsie) et l’évocation de pathologies particulières… Une dernière rencontre aura lieu le 26 septembre prochain auprès du personnel de la restauration scolaire et du service éducation des autres écoles du secteur.
Présent également à cette séance, le service prévention de la collectivité est associé à la démarche. A terme, l’idée serait d’intégrer ces gestes de secours spécifiques encadrés par les PAI dans le cadre du plan de formation SST (secouriste sauveteur au travail) pour le personnel des écoles.

Direction de la restauration scolaire et de la nutrition - protocole restauration scolaire et nutrition

 

 

Pour télécharger le fichier en pdf : cliquez ici

 

Commission des menus 2018

  • Lire l’article sur la première commission des menus Mars 2018
  • Lire l’article sur la deuxième commission des menus Octobre 2018 

Suivez et commentez toute l'actualité de la commune de Saint-Paul!