APPELEZ-NOUS 0262 45 43 45
Plan de la ville

Syndrome d’alcoolisation fœtale : Saf Suffit !

Syndrome d’alcoolisation fœtale : Saf Suffit !

Depuis 17 ans, le 09 septembre est la journée mondiale consacrée à la sensibilisation au syndrome de l’alcoolisation fœtale (Saf), conséquence de la consommation d’alcool pendant la grossesse. Son incidence est estimée à environ 140 naissances par an à La Réunion.

Le syndrome d’alcoolisme foetal et, dans une moindre mesure, les effets de l’alcool sur le fœtus sont la conséquence de la consommation d’alcool pendant la grossesse. Le Saf peut provoquer des anomalies graves avec des symptômes visibles dès la naissance comme la microcéphalie. Moins visibles, les effets de l’alcool sur le fœtus sont, quant à eux, perceptibles au fil du temps. L’enfant qui a été exposé in-utéro à la consommation d’alcool de sa mère, peut manifester toute une variété de troubles liés à des anomalies des structures cérébrales.

Le SAF représente en France la première cause de retard mental non génétique. A La Réunion, chaque année environ 140 enfants naissent atteint du syndrome d’alcoolisation fœtale. « Une toute petite quantité d’alcool peut avoir un impact important sur le cerveau. Les effets des boissons alcoolisées sur le fœtus provoquent des troubles du développement et du comportement qui se révèlent dès l’enfance. Ils peuvent être également source d’échec scolaire et d’actes délictuels. Environ 50% des enfants atteints du Saf auront des problèmes avec la justice », alerte Thierry Maillard, médecin et président de l’association SAF Océan Indien. A l’heure actuelle, 8 000 femmes seraient dépendantes de l’alcool à La Réunion. Malgré un recul du SAF avant 2005 dans les régions allant du Port à Saint-Philippe, « on observe une augmentation depuis une dizaine d’années du taux de Saf dans ces régions. » Face à l’urgence de la situation, deux centres de ressources expérimentaux ont été lancés par la Midelca (mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) en avril dernier, l’un à Bordeaux, le second dans notre département. Des professionnels initiés au dépistage jusqu’au diagnostic en passant par la prise en charge. Mais la meilleure des préventions et la plus sage des précautions demeurent de ne pas boire d’alcool durant les neufs mois.

Suivez et commentez toute l'actualité de la commune de Saint-Paul!
error0