Les femmes sont à l’honneur ce mois de mars à Léspas Culturel Leconte de Lisle

8 mars 2021

Léspas Cuturel Leconte de Lisle met à l’honneur les Femmes ce mois de mars avec une programmation artistiquement riche : kriké/kraké, poésie, concert, piano, théâtre, danse, musique… Une pause culturelle intense, cela vous tente ?

  • Mercredi 10 mars à 14h : « Poème Confiné d’outremer » de Lolita Monga (au lieu de 19h)

Poème Confiné témoigne d’une période inédite dans le monde entier : celle de la pandémie du COVID 19 et du premier confinement qui en a découlé au cours de l’année 2020. Au corps contraint et léthargique, Lolita Monga oppose la poésie.

Son écriture tellurique mêle créole, français et inventions, jouant sur les sonorités des mots. Emmêlement des langues qui deviennent mots qui s’entrechoquent, entrechoquements qui deviennent musique, humour provoqué par des ruptures et décalages. Un texte-chair qui renoue avec les sens confisqués. C’est à un voyage intérieur qu’elle nous convie au travers de son poème. A défaut de pouvoir se déplacer, la poésie devient une échappatoire. Si le corps reste immobile, la pensée, elle, chemine et substitue à la géographie de l’Île, une géographie du corps, celui de la femme, souvent comparé à la terre-mère.

Poème confiné est un voyage fort, sensuel, organique dans la tête et le corps d’une femme, un cri qui laisse s’exprimer les forces enfouies dans ce monde contraint.

  • Samedi 13 mars 14h  : « Vavang Ti Katorz » de la Cie Zafer K/ Nelly Cazal (au lieu de mardi 9 à 19h)

Entre concert et théâtre, porté par la musique d’une contrebasse et d’un ensemble de percussions, un personnage féminin nommé Ti Katorz trace son chemin. Vavangaz Ti Katorz est un portrait imaginaire et subjectif d’une femme réelle devenue légende. Ti Katorz, errante et vagabonde, a réussi à rester secrète et mystérieuse tout en étant connue de tous. Les poèmes en créole réunionnais et les musiques originales mettent en jeu la douce et furieuse folie de cette femme en dérive. Trimbalant avec elle un univers d’objets désuets, elle esquisse au fil de ses pas l’histoire d’une vie cabossée où se côtoient tragique, dérision et étrangeté. Derrière une carapace agressive et rude « en galet », c’est une autre femme qui vibre et qui se dévoile…

  • Samedi 20 mars 14h : Lucie Hoareau concert piano classique/ Œuvres de Chopin et Debussy ( au lieu de mardi 16 à 19h)

Un répertoire sensible et raffiné, sublimé par deux grands compositeurs.

L’univers féérique, onirique et poétique de Debussy, transporte l’auditeur à travers une aquarelle musicale. Cela n’est pas étonnant qu’une âme aussi épurée, ait été l’un des meilleurs interprètes de Chopin, selon Satie.

Chez Chopin, le piano est l’instrument de la solitude et de l’exil, le confident de l’âme. Une écriture nostalgique mais sans tristesse, qui n’a rien perdu de son pouvoir envoûtant.

A travers ce programme virtuose d’un lyrisme indescriptible, Lucie Hoareau, amoureuse de la nature, du silence et de la poésie, vous embarque dans l’univers transportant et renversant de ces deux compositeurs.

Samedi 27 mars à 14h  : Soraya Thomas : « Et mon coeur dans tout cela » … ( au lieu de mardi 23 mars à 19h)

Aux origines, il y a la révolte d’une artiste confrontée à la montée des intolérances. Après La révolte des papillons, Soraya Thomas explore aujourd’hui la notion de résistance depuis l’angle des femmes noires, celui des grandes figures comme Joséphine Baker, Nina Simone, Rosa Park… Seule en scène, à nu.e, l’artiste convoque ce qu’elle est : danseuse, chorégraphe, femme métisse de 43 ans exposant son corps. Ici, la nudité cesse d’être une question pour devenir manifeste. Comment se départir de l’image de la femme noire/métisse comme corps exotique, hyper sexualisé ? « Et mon coeur dans tout cela ? » est une œuvre fascinante, d’une radicale beauté.

Le port du masque et les gestes barrières sont obligatoires.
Les réservations sont fortement conseillées par téléphone au 0692 35 18 01 ou directement sur le site de Léspas culturel : https://lespas.re/femmes-histoire-societe/