Un événement pour sensibiliser à l’endométriose à Saint-Paul

11 mars 2021
|

La Ville de Saint-Paul et sa Karavàn Santé s’impliquent dans la sensibilisation à l’endométriose avec une manifestation organisée ce samedi 13 mars 2021 dans les jardins de la mairie de Saint-Paul.

Rendez-vous de 9 heures à 12 heures pour participer à différentes activités. Plusieurs partenaires s’associent à la commune afin de communiquer à propos de cette maladie méconnue, et souvent mal comprise, touchant une femme sur dix en âge de procréer à La Réunion. Avec 1 à 2,5 millions de femmes touchées en France.

Difficulté à enfanter, conseils pratiques pour enrayer les douleurs, témoignages liés à l’endométriose… Le grand public pourra s’informer sur ces différents sujets afin de mieux connaître et comprendre l’endométriose

La Karavan santé de la Ville de Saint-Paul va aussi effectuer le déplacement tout comme les membres des associations Mon endométriose ma souffrance, Endo espoir, du Planning familial et du Point info santé du Département. 

Cette matinée d’information se tiendra dans le strict respect du protocole sanitaire lié à la Covid-19. Les mesures de distanciation sociale seront assurées tout comme le respect des gestes barrières. Nous vous rappelons le caractère obligatoire du port du masque.

En parallèle de cette opération, vous pourrez découvrir l’exposition « L’origine du monde » de l’artiste BELLY du samedi 13 mars au 13 avril. Attention, il faut réserver au 02 62 45 81 95 pour y assister. Le grand public pourra aussi découvrir cette exposition mais uniquement les mercredis et jeudis, de 14 heures à 16 heures.

Illustratrice, auteure et scénariste, elle exposera ses œuvres sur le thème de la femme dans la salle du Conseil Municipal de l’Hôtel de Ville. 20 tableaux seront installés. 

Son travail vient, par l’utilisation de puissantes images masculines, bousculer les genres pour en questionner leurs diktats. L’occasion lors de cette matinée de sensibilisation de déconstruire certains clichés et de lutter contre les stéréotype parfois véhiculés autour de l’endométriose.

Il est aussi question de revisiter l’image et l’histoire de certaines femmes en leur offrant un autre destin.

Quelques chiffres sur l’endométriose

Au total, 1 557 femmes atteintes d’endométriose répondaient à l’enquête d’EndoFrance, menée en partenariat avec le laboratoire Gedeon Richter et Ipsos. Les 1 557 femmes interrogées ont 42 ans d’âge moyen et présentent en moyenne quatre ou cinq symptômes lorsqu’elles commençaient à souffrir d’endométriose.

Un tiers d’entre elles sont atteintes d’endométriose profonde et 13 % d’endométriosesuperficielle et les autres souffrent d’autres types d’endométriose. 

D’après les résultats de l’enquête EndoVie, l’endométriose se déclare tôt dans la vie d’une femme, avant 20 ans dans la moitié des cas.  Dès le début de la maladie, les symptômes sont multiples  et ne se limitent pas aux règles douloureuses. La démarche  diagnostique dure en moyenne 7 ans à partir des premiers  symptômes. 

Par exemple, les conjoints sont 73% à être très bien ou plutôt bien informés sur les symptômes de l’endométriose. Ce pourcentage est de 34% dans la population générale. 

Mais surtout, les Français sous-estiment la souffrance et l’impact de l’endométriose ressentis par les femmes dans tous les domaines.

Par rapport au vécu des femmes atteintes, ils sous-évaluent aussi bien le retentissement de la maladie sur l’état de santé et la forme physique que sur l’état émotionnel, les activités du quotidien et la vie sociale. En effet, l’endométriose est une maladie aux symptômes multiples et précoces.